27 février 2024

Une actrice d’une série culte de Netflix révèle ne presque rien gagner et avoir un deuxième emploie !

Des piquets de grève à Los Angeles aux révélations financières d’acteurs célèbres, le secteur du divertissement aux États-Unis fait face à une véritable tempête. En pleine grève des acteurs et scénariste, une actrice d’une série à succès Netflix révèle n’avoir touché quasiment aucun royalties.

Des salaires qui ne reflètent pas toujours la notoriété

L’actrice Kimiko Glenn, connue pour son rôle de Brook Soso dans la série Orange Is the New Black de Netflix, a récemment dévoilé les coulisses de sa rémunération. Bien que la popularité internationale de la série, elle a révélé que son salaire était si faible qu’elle devait conserver un emploi parallèle pour boucler ses fins de mois. Cette révélation a été confirmée par son ancien collègue de la série, Matt McGorry, qui a aussi conservé son travail de jour en raison de la faible rémunération de la série.

découvrez aussi :   Heatstopper la série évènement pour ado revient sur Netflix !

Le montant dérisoire de ses royalties

Le système de royalties, supposé compléter le salaire des acteurs en fonction du succès de leurs productions, est également sous le feu des critiques. Kimiko Glenn a ainsi partagé le montant de ses royalties pour son rôle dans Orange Is the New Black : 27,30 dollars seulement. Une somme dérisoire au regard du succès mondial de la série.

Un mouvement de grève sans précédent

Ces révélations ont suscité l’indignation parmi les acteurs américains, qui se sont joints aux scénaristes pour protester contre leurs conditions de travail. Ils réclament une revalorisation de leurs cachets et royalties, et dénoncent les inégalités criantes dans l’industrie du divertissement. Ces protestations ont provoqué la plus grande paralysie du secteur depuis plus de 60 ans.

découvrez aussi :   Choc dans l'Univers de The Witcher : Anya Chalotra brise le silence sur le départ déchirant d'Henry Cavill et son remplacement par une star d'Hollywood !

Une grève poussée par l’IA

Parallèlement à ces revendications, les acteurs s’inquiètent de l’impact des intelligences artificielles sur leur profession. Les studios commencent à utiliser des acteurs virtuels créés par des algorithmes. Bien que limités en termes d’expression émotionnelle, ces avatars numériques sont économiques et faciles à manipuler. Une menace supplémentaire pour les acteurs traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *