20 avril 2024

Claude François Jr révèle la dette énorme laissée par son défunt père

Au cœur d’une révélation marquante, Claude François Jr et Marc François, les fils de l’icône populaire se sont vu léguer, en sus de l’immense patrimoine musical, une dette monumentale à la mort de leur père en 1978. La situation était telle que, lors d’une apparition sur le plateau de « Chez Jordan », Claude François Jr n’a pas hésité à chiffrer cette dette à quelque « 10 millions de francs », soit « 1 milliard d’anciens francs », comme cité dans le discours. Emporté par son époque, leur père a malheureusement laissé derrière lui un fardeau financier aussi lourd que son héritage musical est riche.

La gestion d’un héritage culturel

Dans un contexte où l’industrie du disque a radicalement changé au cours des deux dernières décennies, le droit moral sur des tubes planétaires comme « My Way » est un privilège autant qu’une responsabilité. Les fils ont non seulement dû s’atteler à rembourser la somme faramineuse héritée de leur père, mais ils doivent également veiller à la pérennité de son œuvre. Les propos de Claude François Jr résument bien cette situation : “Ce n’est pas la seule icône française qui est morte avec des dettes. Le problème, c’est qu’ils vivent à l’américaine, mais ils ont un public francophone. Ça crée un déséquilibre” a-t-il indiqué.

découvrez aussi :   Frédéric Lopez se confie sur son opération ratée : "J'ai une maladie évolutive: l'ostopongiose"

Un projet de renaissance pour le moulin de Dannemois

En transformant une situation difficile en opportunité, Claude François Jr envisage de reprendre le flambeau sous une autre forme : la conversion du moulin de Dannemois en hôtel-restaurant. Il s’agit d’un lieu emblématique de l’histoire personnelle de Claude François, aujourd’hui musée en son honneur et c’est dans la reconversion de ces murs que Claude Jr voit un « vrai Graceland à la française ». Une noble ambition qui pourrait rendre hommage au patrimoine de Claude François, en créant un sanctuaire pour ses fans et pour la culture populaire française.

crédit photo : capture d’écran C8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *