25 juillet 2024

« Le mot ‘indigne’ est quand même violent » Tex mécontent se lâche sur son éviction de France 2 et sur Marlène Schiappa

Tex, l’animateur emblématique des Z’amours, ne digère toujours pas son éviction de France Télévisions en 2017. En novembre de cette année-là, il avait fait une blague sur les violences conjugales dans l’émission C’est que de la télé sur C8. Cette sortie avait suscité une vive polémique, notamment de la part de la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, qui avait saisi le CSA.

Une semaine plus tard, Tex était mis à pied par France 2, avant d’être définitivement licencié.

Invité sur le plateau de Chez Jordan de Luxe ce mercredi 8 novembre, Tex est revenu sur cet épisode douloureux de sa carrière. Il a notamment critiqué les propos de Marlène Schiappa, qui avait qualifié sa blague d' »indigne et irrespectueuse ».

« Le mot ‘indigne’ est quand même violent », a déclaré Tex. « C’est indigne d’essayer de faire passer une information de manière pédagogique pour que les gens prennent le contre-pied ? C’est le principe même du rire et ça devient indigne… Donc c’est rire qui devient indigne. »

découvrez aussi :   Françoise Laborde fait une révélation étonnante sur ses deux enfants

Un licenciement traumatique

Tex a également évoqué son licenciement de France 2, qu’il a vécu comme un véritable traumatisme.

« À partir du moment où tu reçois ta lettre de convocation judiciaire, tu sais que c’est fini », a-t-il expliqué. « Je me dis que c’est incroyable, que c’est dégueulasse. C’était un mercredi, un jour d’arrêt. On avait tourné le lundi et le mardi et je n’y suis jamais retourné après. »

Tex a également regretté que quelqu’un du gouvernement puisse demander la tête de quelqu’un qui fait du divertissement.

« Je trouve ça assez scandaleux », a-t-il déclaré. « C’est fou quoi ! Une civilisation qui tue ses clowns, c’est redoutable. »

Malgré tout, Tex reconnaît qu’il a commis une erreur.

« Bien sûr que je regrette, il faudrait être idiot pour ne pas regretter ! Je regrette toute cette période-là », a-t-il conclu.

découvrez aussi :   Alessandra Sublet règle ses comptes avec Christophe Dechavanne en direct !

Un débat complexe

Les propos de Tex sont révélateurs du malaise qui existe aujourd’hui autour de la liberté d’expression. L’humoriste estime que sa blague, qui était certes maladroite, n’était pas méchante et qu’elle n’aurait pas dû entraîner son licenciement.

Il est difficile de trancher sur ce point. D’un côté, il est vrai que la violence conjugale est un sujet grave et qu’il convient de la traiter avec respect. De l’autre, il est également important de pouvoir rire de tout, y compris des sujets sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *