22 juillet 2024

Irrespect et humiliations : l’effrayante vérité sur le management de Thomas Sotto

Le monde de la télévision est en ébullition après la publication d’une enquête explosive sur Thomas Sotto, l’animateur phare de Télématin. Sympathique à l’écran, son comportement en coulisses serait tout autre, selon plusieurs témoignages accablants de ses collaborateurs.

Une organisation chaotique

Derrière les sourires et la bonne humeur apparente de l’émission matinale, se cacherait une réalité bien plus sombre. Plusieurs salariés ont dénoncé une « organisation chaotique » et un climat de travail délétère. « Je venais avec la boule au ventre. J’ai songé à changer de métier », confie un ex-programmateur. Un autre ancien salarié se souvient : « On cale un invité, que le rédacteur en chef valide, mais derrière, on annule à la demande de Thomas Sotto. Il y a de sa part de l’irrespect, des colères froides, il dénigre le travail ».

La pression pour obtenir des invités prestigieux serait également une source de tension majeure. « Thomas, c’est la parole divine. Ils sont té-ta-ni-sés devant lui », ajoute un membre de l’équipe. Une collaboratrice raconte : « Je n’ai jamais vu un animateur dont tout le monde avait aussi peur. J’ai passé des dimanches d’horreur où il annulait l’invité en disant ‘je veux autre chose’, sans préciser quoi. J’ai très peu pleuré dans mes boulots, mais chez eux oui, plusieurs fois ».

Les « débriefs » des émissions seraient aussi une véritable torture pour les employés. « Il n’est jamais satisfait. J’appelle ça le ‘débrief déglingue' », raconte un salarié. « On écoute l’empereur donner ses avis et tirer à boulets rouges, il humilie, c’est dégradant », ajoute un autre.

Face à ces accusations, Thomas Sotto a tenu à se défendre dans les colonnes de Télérama. « Je veux qu’on joue le ballon. Et si on perd, ce n’est pas grave. Ce que je n’aime pas, c’est quand on n’a pas tenté. Est-ce que je mets de la pression sur les équipes ? Oui, sans doute, parce que cela fait partie de mon boulot », a-t-il expliqué avant de reconnaître des « envies un peu trop sans limite, peut-être ». Il évoque également un « héritage Europe 1 », « massivement importé ». « Je faisais des débriefs trop durs, je fais amende honorable, et j’ai corrigé le tir depuis deux ans », assure-t-il.

Un homme fou de boulot

Marie Portolano, qui fait équipe avec Thomas Sotto depuis le départ de Julia Vignali, loue « un homme fou de boulot, ultra rigoureux » sans qui l’émission ne serait « pas la même : quand il est là, il n’y a pas d’accroc ». De son côté, Thomas Sotto se dit « blessé » par ces accusations, affirmant que Télématin représente « beaucoup de pression, de fatigue, et peut-être chez certains un sentiment d’injustice, car personne ne démérite ». « Oui je peux être exigeant, de bonne ou de mauvaise humeur. Je suis très franc, je dis les choses les yeux dans les yeux », précise-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *