24 juin 2024

Judith Godrèche dévoile les abus choquants d’un réalisateur : “Torse nu, il me pelote” !

Dans le monde effervescent du cinéma, où les projecteurs illuminent souvent les succès et les paillettes, il y a des vérités plus sombres qui luttent pour trouver la lumière. Des révélations récentes par l’actrice Judith Godrèche rappellent à quel point le chemin vers la reconnaissance et le respect peut être jonché d’abus et de souffrances, même pour les plus talentueux. Plongeons dans ces accusations graves qui bousculent à nouveau l’industrie du film français.

Accusations glaçantes à l’encontre de réalisateurs renommés

L’éclat des projecteurs vient parfois éclairer des histoires terrifiantes. C’est le cas de Judith Godrèche, actrice à la renommée reconnue, qui vient de partager une facette bien plus sombre du cinéma français.

Récemment, avec l’aide de France Inter, l’actrice a confié les abus qu’elle aurait subis de la part du réalisateur Jacques Doillon. C’est une confession déchirante dont les détails ont secoué le public. « J’enlève mon pull, je suis torse-nu et il me pelote, me roule des pelles. Et il y a Jane qui est là derrière le combo », ont été les mots utilisés par Godrèche pour décrire cette expérience traumatisante survenue lorsqu’elle n’avait que 15 ans.

Une plainte déposée et une enquête en cours

Les révélations chocs ne s’arrêtent pas là pour Godrèche qui lance également des accusations contre Benoît Jacquot. Le réalisateur est visé par une plainte pour « viols sur mineure de 15 ans ». La comédienne a fait état de son témoignage auprès de la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne. Des paroles lourdes de conséquences qui ont poussé le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire.

Les dénégations ne se sont pas fait attendre de la part de Jacquot, mais les mots s’entrechoquent avec le silence pesant des victimes. « Une histoire d’enfant kidnappée », ainsi Le Monde rapporte les paroles empreintes de douleur de Judith Godrèche.

Le chemin vers la justice et la vérité s’avère tortueux, mais ces confessions mettent incontestablement en lumière les zones d’ombre derrière le glamour du grand écran. Des histoires douloureuses qui ne cessent de réaffirmer l’importance d’un changement en profondeur au sein d’un milieu souvent resté trop silencieux.

3 Comments

  • guy rené maurin

    pauvre france, on est de plus en plus nul dans le monde du cinéma on connait les abus depuis des lunes , mais beaucoup sont consentantes , alors faites un autre métier … c’est comme ce chat il est dans un lavabo pas dans un évier si vous confondez pot à bouillon et pot de chambre j’nirai pas manger chez vous !!

  • maurice

    pourquoi parle t elle maintenant elle est consentante surement car il y avait une equipe de tournage avec eux et il n ont rien vu rien entendu c est devenu une mode de porter plainte avant elles acceptaient des mains au cuk=l et peut etre plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *