27 mars 2023

Retraites : le ton monte entre Philippe Martinez (CGT) et Apolline de Malherbe

Invité à réagir sur une poupée pendue à l’effigie d’Elisabeth Borne sur un camion de la CGT pendant une manifestation, le secrétaire général du syndicat a eu du mal à condamner.

« Ça ne contribue pas à rester sur l’essentiel »

Il a appelé à mettre la France à l’arrêt le 7 mars prochain. Philippe Martinez est une figure de proue du mouvement contre la réforme des retraites. Et sur le plateau d’Apolline de Malherbe sur BFM TV, il n’a pas été épargné.

Alors que la journaliste lui demandait ce qu’il pensait de la mise en scène d’une poupée pendue à l’effigie de la Première ministre Elisabeth Borne sur un camion CGT à Marseille, le secrétaire général de la CGT a répondu : « Je pense que ces images n’aident pas à rester sur l’essentiel qui est notre combat contre cette réforme des retraites ».

Et la journaliste de revenir à la charge, provocant la réaction de Philippe Martinez : « Je vous le répète, je pense que ça ne contribue pas à rester sur l’essentiel et l’essentiel, c’est la bataille contre l’allongement de l’âge de départ à la retraite ».

« On ne va pas passer l’interview là-dessus ! »

Mais Apolline de Malherbe n’a pas lâché le morceau : « Philippe Martinez, est-ce que vous condamnez ? ». « Comment voulez-vous que je vous le dise, je vous répète que… », a-t-il lancé, mais son interlocutrice est revenue à la charge : « Oui, je condamne, vous pouvez répéter Philippe Martinez. Ce n’est pas compliqué. Oui, je condamne ! », a martelé la journaliste.

Philippe Marinez a alors montré son agacement : « On ne va pas passer l’interview là-dessus ! Je vous répète que ce genre – comme d’autres -, à avoir un ballon sous le pied avec la tête d’un ministre, ce n’est pas bon pour le mouvement social ».

Il a finalement révélé avoir reçu un appel de courtoisie la veille au soir de la part de la Première ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *